L’Egypte se débarrasse de ses équipements contaminés par les BPC

L’Egypte a commencé à emballer des équipements contaminés par les BPC, du Caire et d’Alexandrie, afin de les envoyer en Espagne pour les éliminer. A l’issue de ce processus, l’Egypte aurait disposé de 200 tonnes de BPC. C’est la dernière activité du projet MedPartnership du PNUE/PAM financé par le Fonds pour l'environnement mondial (FEM), et mis en œuvre par le programme MED POL du PAM en collaboration avec l’Agence Egyptienne pour les Affaires Environnementales (AEAE).

Grace aux analyseurs semi-mobiles de BPC reçus dans le cadre du même projet, l’Egypte a entrepris un inventaire de BPC. D’autre part, des experts locaux ont été formés aux théories et pratiques du drainage et à l'étiquetage des transformateurs, à l'emballage du BPC liquide, au chargement des BPC suivant les normes et recommandations de l'Accord européen relatif au transport international des marchandises Dangereuses par Route (ADR) et le code maritime international des marchandises dangereuses (IMDG), avant de les transporter, conformément à la convention de Bâle.

Les BPC sont des polluants hautement toxiques, figurant parmi les produits chimiques organiques persistants (plus de 100 ans) les plus dangereux qui soient fabriqués par l'homme. Ils provoquent l’immunotoxicité, des problèmes de peau, des altérations de la reproduction et le cancer chez les animaux, en particulier dans les espèces marines comme le phoque commun, la baleine et le saumon.

Les équipements contaminés par les BPC tels que les vieux transformateurs, les téléviseurs, les lampes fluorescentes, et les réfrigérateurs, sont encore en usage et doivent être remplacés par des alternatives sans BPC.

Voir le documentaire correspondant