Lancement du processus de révision de la Stratégie Méditerranéenne de Développement Durable

14.02.2014
Malte - le 14 Février 2014 – Le ministre maltais pour le développement durable, l'environnement et les changements climatiques, l'honorable M. Leo Brincat a lancé aujourd’hui le processus de révision de la Stratégie Méditerranéenne pour le Développement Durable (SMDD), lors d'une cérémonie tenue à Malte. La révision fait suite à une décision prise par les Parties Contractantes à la Convention de Barcelone lors de leur 18ème réunion ordinaire à Istanbul (COP18).

La cérémonie s’est tenue en présence de M. Murat Turan, représentant la présidence du Bureau des Parties contractantes à la Convention de Barcelone, Mme Maria Luisa Silva Mejias Coordonnatrice et Secrétaire exécutive du PNUE/PAM, secrétariat de la Convention de Barcelone, M. Hugues Ravenel, Directeur du Plan Bleu, Mme Marguerite Camilleri, Présidente du Comité directeur de la Commission méditerranéenne du développement durable, ainsi qu'un certain nombre d'autres figures dans le domaine du développement durable à Malte, dont les membres du Réseau de développement durable de Malte.

Dans son discours, le ministre maltais a souligné l'engagement de Malte dans le développement durable de la région méditerranéenne, en disant : «l’ile de Malte est engagée dans la révision de la stratégie méditerranéenne de développement durable, et continuera à faire tout son possible pour soutenir ce processus au cours de ce biennium pendant lequel, elle occupe la présidence de la Commission méditerranéenne de développement durable. Le ministère de développement durable continuera de soutenir pleinement ».

La révision a pour objet de mettre à jour la stratégie, à la lumière des résultats de Rio +20 et la décision de lancer un processus intergouvernemental visant à développer les objectifs de développement durable au niveau mondial, que l’Assemblée Générale des Nations Unies devra considérer. Grâce à ce processus, la région restera un précurseur dans le domaine de la gouvernance de l'environnement et de la durabilité.

"Le lancement de la révision de la SMDD est une étape importante dans nos efforts d’instaurer un progrès coordonné dans les domaines du développement humain et économique, tout en assurant la protection de l'environnement dans la région méditerranéenne. La réforme de la CMDD lui permettra également de jouer un rôle clé pour faire avancer l’agenda du développement durable à travers la participation des parties prenantes concernées», a déclaré Maria Luisa Silva Mejias, Coordonnatrice et Secrétaire Exécutive de la Convention de Barcelone.

Le travail technique à l'appui de la révision de la SMDD est mené par le PNUE/PAM à travers Plan Bleu, son Centre d'Activités Régionales, qui se spécialise dans l'observation, l'analyse et la mise au point de scénarios prospectifs, en collaboration avec les autres centres d’activités régionales. Un document de consultation décrivant les questions clés pour la révision de la SMDD sera publié en avril, avec la contribution d’un large cercle de parties prenantes. Les parties prenantes souhaitant recevoir le document de consultation pour la révision de la SMDD sont invités à fournir leurs coordonnées via ce formulaire: http://planbleu.org/en/event/virtual-platform-mssd-revision

La SMDD établit quatre objectifs dans la promotion du progrès vers la durabilité dans les domaines économiques, sociaux et environnementaux et dans le domaine de la gouvernance. Ceux-ci sont axés sur la contribution au développement économique, la réduction des disparités sociales, l'évolution des modes de production et de consommation non durables et la gestion durable des ressources naturelles, et l'amélioration de la gouvernance aux niveaux local, national et régional.

Elle définit également sept domaines d'action et de synergie prioritaires interdépendants dans lesquels il est crucial de faire du progrès. Ce sont l'eau, l'énergie, le transport, le tourisme, l'agriculture, le développement urbain; ainsi que la gestion de la mer et des zones côtières. Elle identifie ainsi 33 indicateurs pour permettre le suivi de l’avancement dans la réalisation de ses objectifs, avec des dates cibles allant de 2010 à 2025.