Projets

Mise en œuvre de la planification de l’espace maritime en Méditerranée : Projets SIMWESTMED et SUPREME

L’Unité de Coordination de l’ONU Environnement/Plan d’Action pour la Méditerranée (PAM) et les Composantes CAR/PAP et CAR-Info participent en tant que partenaires chargés de la mise en œuvre à deux projets financés par l’Union européenne (UE). Ces projets sont axés sur l’appui à la mise en œuvre des processus de planification de l’espace maritime dans le États membres de l’UE, ainsi qu’à la coopération transfrontalière dans le cadre des initiatives de planification de l’espace maritime. Ces initiatives vont contribuer à la mise en œuvre de la Directive de l’UE sur la planification de l’espace maritime, ainsi qu’à la mise en œuvre du Protocole à la Convention de Barcelone relatif à la gestion intégrée des zones côtières de la Méditerranée (GIZC) et à la réalisation d’un Bon état écologique du milieu marin et du littoral de la Méditerrané. Ces initiatives se basent également sur une longue expérience, dans le cadre du système de l’ONU Environnement/PAM, concernant la conception et la mise en œuvre des outils de GIZC et des procédures de planification de l’espace maritime.

Les deux projets d’une durée totale de deux ans (janvier 2017 - décembre 2018) regroupent des acteurs clés nationaux et régionaux clés sur la mise en œuvre de la planification de l’espace maritime, telles que des institutions de recherche et des autorités de planification et de gestion maritimes et côtières.

 

Soutien à la mise en œuvre de la planification de l’espace maritime en Méditerranée occidentale (SIMWESTMED)

Avec un budget total de 2.822.501 Euros, ce projet vise à soutenir les États membres de l’Union européenne de la région Méditerranée occidentale qui sont également des Parties Contractantes à la Convention de Barcelone : l’Espagne, la France, l’Italie et Malte

Les activités menées sous la responsabilité de l’ONU Environnement/PAM, en coopération avec le CAR/PAP, sont principalement concentrées sur :

  • Le soutien à une compréhension commune, dans la région de la Méditerranée occidentale, de la mise en œuvre de la planification de l’espace maritime dans le cadre de la Convention de Barcelone et de son Protocole GIZC, en renforçant les synergies et la coopération avec les Parties Contractantes à la Convention de Barcelone qui ne sont pas des États membres de l’Union européenne ;
  • Le renforcement de la coordination et de la mise en œuvre commune des différentes politiques sectorielles relatives aux processus de la mise en œuvre de la planification de l’espace maritime, en prenant en considération l’approche écosystémique ;
  • L’analyse et le soutien des interactions entre terre et mer, ainsi que des liens entre la planification de l’espace maritime et la gestion intégrée des zones côtières ;
  • La réalisation d’études de cas sur la mise en œuvre de la planification de l’espace maritime, basées sur les expériences acquises lors de la mise en œuvre des projets PAC dans le cadre du Protocole GIZC.

Pour en savoir plus, visiter http://msp-platform.eu/projects/supporting-maritime-spatial-planning-western-mediterranean-region

 

Soutien à la mise en œuvre de la planification de l’espace maritime en Méditerranée orientale (SUPREME)

Avec un budget total de 2.499.994 Euros, ce projet vise à soutenir les États membres de l’Union européenne de la région Méditerranée orientale qui sont des Parties Contractantes à la Convention de Barcelone : La Croatie, la Grèce, l’Italie et la Slovénie.

Les activités menées sous la responsabilité de l’ONU Environnement/PAM, en coopération avec le CAR/PAP et le CAR-Info, sont principalement concentrées sur :

  • Le soutien à la définition et à la mise en œuvre de la planification de l’espace maritime dans la région de la Méditerranée orientale de façon systématique et intégrée, en assurant une cohérence à l’échelle régionale conformément à la Convention de Barcelone et à son Protocole GIZC ;
  • L’établissement d’une plate forme de coopération sur la planification de l’espace maritime, permettant la création d’un réseau permanent et opérationnel sur la planification de l’espace maritime dans la région de la Méditerranée orientale ;
  • L’évaluation des lacunes en termes de données et d’informations, en facilitant la disponibilité, l’interopérabilité et le partage de données ;
  • Le renforcement de l’engagement et de la participation des parties prenantes ;
  • L’analyse et le soutien aux interactions entre terre et mer, ainsi que des liens entre la planification de l’espace maritime et la gestion intégrée des zones côtières.

Pour en savoir plus, visiter http://www.msp-supreme.eu/

 

​EcAp MED II

Le projet « Application de l’Approche Ecosystémique en Méditerranée », en cohérence la directive-cadre « stratégie pour le milieu marin » (DCSMM) de l’Union Européenne (ECAP-MED II de 2015 à 2018), vise à aider les Parties contractantes méditerranéennes du sud  à mettre en œuvre le Programme de surveillance et d’évaluation intégrées (IMAP), adoptée par la Décision 22/7 de la CdP 19.

Le projet cherche ainsi à soutenir les Parties contractantes du sud en les aidant à établir de nouveaux programmes de surveillance mis à jour en conformité avec le Programme de surveillance et d’évaluation intégrées. Il permettra pour la première fois une surveillance quantitative de l’état de la mer et du littoral de la méditerranée à un niveau régional, couvrant la biodiversité et les espèces non-indigènes, le littoral, et l’hydrographie, la pollution marine et la surveillance des déchets marins d’une manière interdépendante.

D’autant plus, le projet abordera des défis spécifiques de la mise en œuvre de l’approche écosystémique, du renforcement de  l’interface science-politique, en prenant compte des besoins de mise en œuvre régionaux, et relevant les défis d’informations et de données dans la région.   

Le projet s’étale sur une période de six semestres de 2015 à 2018, avec un budget de 2,675,000 Euro. Il se base sur les réalisations du projet EcAp MED 2012-2015 financé par l’Union Européenne, et aspire à un co-financement du Fonds Méditerranéen d’affectation spéciale et d’autres ressources.

 

Marine Litter MED 2016-2019

 

L'objectif global de ce projet financé par l'Union Européenne est de soutenir le PNUE-PAM / Convention de Barcelone et ses Parties contractantes dans leurs efforts à empêcher et gérer les déchets marins grâce à la mise en œuvre du plan régional pour la gestion des déchets marins adopté par la CdP 18 de la Convention de Barcelone et de ses Protocoles, Istanbul, 2013, en synergie avec les travaux pertinents au niveau du partenariat mondial sur les déchets marins du PNUE/GPA, la mise en œuvre de la Directive cadre Stratégie pour le milieu marin de l'Union européenne (DCSMM), l'initiative H2020 de l’Union pour la Méditerranée pour une Méditerranée plus propre, le Programme SwitchMed de l’Union Européenne et en coordination avec les autres mers régionales européennes.

Avec l'objectif ultime de la réalisation du bon état écologique (BEE) de la mer Méditerranée, le projet «Marine Litter-MED» vise à soutenir spécifiquement les Parties contractantes de la Méditerranée du Sud / voisinage de l’Union Européenne dans la mise en œuvre du Plan régional pour la gestion des déchets marins, grâce à l’application d'un nombre de mesures envisagées dans les PAN mis à jour, et approuvés par la CdP 19 de la Convention de Barcelone et de ses Protocoles, assurant la complémentarité avec la stratégie à moyen terme  2016-2021 du PNUE/PAM, l’initiative H2020 de l’Union pour la Méditerranée, Stratégie de mise en œuvre commune de la DCSMM  de l’Union Européenne ainsi que les projets régionaux et nationaux en cours, sur les déchets marins et l'approche écosystémique, qui contribuent à la réalisation des objectifs de réduction des déchets marins adoptés par la CdP 19, en février 2016.

Le projet vise également à promouvoir une gouvernance renforcée régionale de la gestion des déchets marins parmi les grands acteurs.  A cet effet, une Plateforme de Coopération Régionale a été créée comme un outil crucial pour fournir un soutien et des orientations coordonnés à la mise en œuvre du Plan régional sur la gestion des déchets marins en Méditerranée. prévoit un soutien direct à la Commission de la mer Noire dans ses efforts pour finaliser un plan régional sur la gestion des déchets marins et un programme de surveillance des déchets marins.

Le projet porte sur la période de six semestres de 2016-2019, avec un budget de 1.400.000 EUR. Il bénéficiera de cofinancement du Fonds d'affectation spéciale de la Méditerranée et vise à mobiliser des ressources extérieures supplémentaires.

 

SEIS 2016-2019

Les activités entreprises dans le cadre du Mécanisme d'appui du Sud - SEIS,  se fondent sur celles du projet précédent SEIS de l’Instrument Européen de Voisinage (IEV-SEIS). Elles sont mises en œuvre en partenariat avec l'Agence européenne pour l’environnement (AEE) et le PNUE / PAM assurant des synergies étroites avec un nombre d'activités parallèles pertinentes, telle que la coopération de l’AEE avec ses pays membres et coopérants sur la mise en œuvre de la Directive cadre Stratégie pour le milieu marin (DCSMM), la mise à jour des PAN, la mise en œuvre de l'approche écosystémique (ECAP), la mise en œuvre d'autres stratégies / plans d'action régionaux.

Pour soutenir l'exécution des activités au sein du Mécanisme d’appui du Sud du SEIS, intégrées dans l'accord actuel, le PNUE/PAM et l'AEE ont élaboré un plan de travail commun pour une période de six ans de 2016-2021.

Au cours des dernières années, le PNUE/PAM - Convention de Barcelone travaille de plus en plus pour la mise en œuvre d'une approche holistique englobant des données et informations sur l'environnement de tous les pays méditerranéens (Sud, Nord et rives Est) et de sources régionales.

En se basant sur les efforts et activités antérieurs, ainsi que sur l'intégration progressive des systèmes d'information existants, le PNUE / PAM vise à améliorer l'accessibilité et le partage d'informations sur les frontières institutionnelles, administratives et internationales et de soutenir ainsi la mise en œuvre des pratiques et des principes du SEIS dans la région méditerranéenne.

Avec un budget total estimé à € 1.800.000, le travail sera structuré autour de 6 modules de travail à travers 4 groupes thématiques - Eau, Déchets, Emissions Industrielles, et Questions Transversales.

Les dimensions de travail sont:

  1. Soutien dans les pays
  2. Indicateurs et évaluations
  3. Données et statistiques
  4. Infrastructure et gestion des données (système d'information commun)
  5. Visibilité et communication
  6. Coordination et gestion

La contribution du PNUE/PAM à la mise en œuvre du  Mécanisme d'appui du Sud - SEIS comprend des activités couvrant la coordination, le soutien technique et scientifique, comme suit:

  • Diriger la dimension soutien dans les pays
  • Co-diriger la dimension indicateurs et évaluations, et infrastructure et gestion des données avec l'AEE
  • Diriger le groupe thématique sur les déchets
  • Diriger le groupe thématique sur les émissions industrielles
  • Co-diriger la dimension  Coordination et gestion avec l'AEE
  • Co-diriger le groupe thématique sur l'eau avec l'AEE
  • Co-diriger la dimension Questions transversales avec l'AEE.

 

Le MedPartnership 2009-2015

Le Partenariat Stratégique pour le Grand Écosystème Marin de la Méditerranée (MedPartnership) est un effort collectif des grandes institutions et organisations environnementales et des pays riverains de la Méditerranée visant à relever les principaux défis environnementaux auxquels font face les écosystèmes marins et côtiers méditerranéens.

Le MedPartnership est coordonné par le programme des Nations Unies pour l'environnement/Plan d'action pour la Méditerranée (PNUE/PAM) et est financièrement soutenu par le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et d'autres donateurs, y compris la Commission européenne et tous les pays participants.

L'objectif primordial du MedPartnership est de permettre une approche stratégique et coordonnée pour catalyser les réformes politiques, juridiques et institutionnelles ainsi que les investissements nécessaires pour inverser les tendances de dégradation affectant le grand écosystème marin unique de la Méditerranée, y compris ses habitats côtiers et sa biodiversité.

Le MedPartnership a catalysé des mesures nécessaires pour créer un environnement favorable pour les  réformes politiques, juridiques et institutionnelles nécessaires dans les pays partenaires, ainsi que pour les investissements, dans le but de :

  • améliorer les conditions environnementales liées à  la pollution, aux points chauds de biodiversité, ainsi qu’à d’autres  zones prioritaires sous pression;
  • promouvoir l'utilisation durable des ressources marines et côtières grâce à des approches intégrées;
  • réduire la pollution d'origine tellurique;
  • renforcer la protection d‘habitats et d‘espèces  « critiques »;
  • intégrer les considérations climatiques dans les plans marins et côtiers nationaux.

Le projet est réalisé dans les pays éligibles du FEM suivants :

Albanie, Algérie, Bosnie Herzégovine, Croatie, Égypte, Liban, Lybie, Maroc, Monténégro, Palestine, Syrie, Tunisie et Turquie.

 

ClimVar et GIZC 2012-2015

Le projet « Intégration de la variabilité et du changement climatiques dans les stratégies nationales pour la mise en œuvre du Protocole GIZC en Méditerranée » (ClimVar et GIZC) est un projet frère du MedPartnership. Il constitue un effort collectif pour promouvoir l’utilisation de la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) en tant qu’outil efficace dans les pays qui partagent la Méditerranée, pour faire face aux impacts de la variabilité et du changement climatiques dans les zones côtières, et ce, en les intégrant dans le processus GIZC.

Il a été approuvé en janvier 2012 et complété fin 2015.

Le projet a développé le Cadre Régional pour l’Adaptation au Changement Climatique pour les Aires Côtières et Marines Méditerranéennes adopté par la CdP19 en 2016. 

Les pays participants au projet sont l’Albanie, l’Algérie, la Bosnie Herzégovine, la Croatie, l’Égypte, la Libye, le Maroc, le Monténégro, la Palestine, la Syrie et la Tunisie.

The countries participating in the project were Albania, Algeria, Bosnia and Herzegovina, Croatia, Egypt, Libya, Morocco, Montenegro, Palestine, Syria and Tunisia.

Pour en savoir plus, visiter le  www.themedpartnership.org

 

SWITCH-MED 2012-2016

Le projet SWITCH-MED est un programme à composantes multiples qui traite du besoin de promouvoir la consommation et la production durables et l’efficacité des ressources dans la Méditerranée. Il a commencé en Octobre 2012 pour une durée initiale de 3 ans, et a été prolongé jusqu’en juin 2016 pour permettre la finalisation des activités du projet.

Il comprend des composantes de politique nationale et régionale, basées sur le cadre et le réseau de la Convention de Barcelone.

La composante nationale cible 8 pays bénéficiaires du sud du voisinage européen et les soutient dans le processus de développement et d’approbation de leurs plans d’actions pour la consommation et la production durables.

La composante régionale cible les pays membres de la Convention de Barcelona ainsi que la  Palestine et la Jordanie.

Il est focalisé sur le développement et la soumission aux Parties contractantes de la Convention de Barcelone, un ensemble de suggestions pour l’intégration  de la consommation et la production durables dans la politique Méditerranéenne Régionale et le cadre de gouvernance, une feuille de route de consommation et production durables dans la Méditerranée et la mise en place d’une plateforme en ligne pour les connaissances sur la consommation et la production durables.

Les Parties contractantes de la Convention de Barcelone ont adopté dans leur CdP19 en 2016,  le Plan d’action Régional pour la Consommation et la Production Durables et la feuille de route de sa mise en œuvre.

Pour en savoir plus, visiter www.switchmed.eu

 

ECAP-Med I

Le projet EcAp MED I a soutenu le PNUE/PAM dans la mise en œuvre  de la feuille de route de l’EcAp dans la Méditerranée en synergie avec la DCSMM de l’Union Européenne. Le projet a soutenu l’évaluation de  l’état de l’environnement marin et côtier y compris les aspects socio-économiques en Méditerranée, et a contribué à l’établissement des objectifs opérationnels et écologiques de la mer et des côtes méditerranéennes sur l’approche écosystémique, et un programme d’évaluation et de surveillance  intégrées. En outre, le projet a soutenu l’évaluation de la gestion des déchets marins en Méditerranée en 2015, le développement du plan d'action Offshore et la création d'un cadre pour faciliter la mise en place conjointe d'ASPIM en haute mer. Le budget total du projet était € 1.716.000

À ce titre, le projet a soutenu le PNUE / PAM à atteindre les résultats attendus suivants:

  • la préparation des objectifs, des indicateurs et des principes, des principes et de la feuille de route applicables au niveau régional pour un programme intégré de suivi et d'évaluation et en intégrant l'approche écosystémique aux travaux globaux de la Convention de Barcelone (CdP18 EcAp, décision IG.21/3);
  • la préparation du Programme intégré de surveillance et d'évaluation de la mer et côte méditerranéennes  et des critères d'évaluation connexes (CdP 19, décision IMAP IG.22/7);
  • la préparation Plan d’action offshore pour la Méditerranée dans le cadre du Protocole relatif à la protection de la mer Méditerranée contre la pollution résultant de l’exploration et de l’exploitation du plateau continental, du fond de la mer et de son sous-sol (CdP 19 décision IG.22/3 Plan d'action offshore);
  • la préparation des Lignes directrices pour la pêche à la litière, du rapport d'évaluation, des valeurs de référence et des objectifs de réduction (CdP19, décision IG.22/10).

Le projet a également contribué à une meilleure compréhension des perspectives socio-économiques de l'approche écosystémique, grâce à une analyse socio-économique spécifique et a contribué au développement des ASPIM en organisant des réunions de consultation entre les pays voisins dans les zones sélectionnées. En outre, il a intensifié les consultations et la coopération entre les secrétariats de la CGPM, de l'ACCOBAMS et de l'UICN-MED dans des domaines d'intérêt commun et a aidé à partager les meilleures pratiques dans le domaine de la biodiversité.

Autres projets de soutien à l’application de l’Approche Ecosystémique

Entre 2007 et 2009, le PNUE / PAM a bénéficié de plusieurs petits projets financés par la Commission européenne pour lancer le processus de mise en œuvre de l'approche écosystémique qui ont soutenu la préparation de la feuille de route, la vision et les objectifs pour la mise en œuvre de l'approche écosystémique en Méditerranée par le PAM.