Etat de l’environnement

L'objectif principal de la Convention de Barcelone, ses Protocoles et stratégies est d'apporter des changements réels pour améliorer l'environnement dans la région de la mer Méditerranée. Il est essentiel d'avoir une bonne compréhension de savoir si des progrès ont été accomplis vers la réalisation des objectifs fixés, et d'identifier où une meilleure performance est nécessaire.

L'article 26 de la Convention de Barcelone prévoit l'obligation des Parties contractantes de transmettre au Secrétariat des rapports sur les mesures juridiques, administratives ou autres prises par elles pour la mise en œuvre de la Convention et de ses Protocoles, ainsi que sur l'efficacité de ces mesures et les problèmes rencontrés. En outre, les Parties contractantes ont convenu en vertu de l'article 15 de la Convention, de fournir à l'accès du public des informations sur l'état de l'environnement dans le domaine de l'application de la Convention et des Protocoles.

Les résultats de ce processus devraient fournir des connaissances sur les tendances de l'environnement méditerranéen et servir de feedback ce qui permettra d'améliorer l’efficacité des programmes de travail et les actions entreprises dans le cadre du Plan d'action pour la Méditerranée.

L'information pertinente provenant de différentes sources nationales collectée par les composantes du PAM, et d'autres initiatives régionales, y compris le programme et les activités MEDSTAT en cours à l'AEE, composent les informations sur l'état de l'environnement.

Le but ultime du rapport sur l'Etat de l'Environnement en Méditerranée est d'aller vers une approche «de soumission de rapport une fois» à travers laquelle les données pertinentes sont recueillies selon les normes convenues afin qu'elles puissent être utilisées à des fins multiples, y compris les besoins nationaux, les exigences de la Commission européenne, et les exigences d'autres conventions, etc.

Plusieurs efforts pour compiler systématiquement des informations sur l'état de l'environnement marin et côtier et le développement en Méditerranée ont été déployés au cours des années. Ces efforts ont abouti à une série de rapports, axés sur les domaines d'activité et les domaines thématiques de compétence des composantes du PAM, contenant une grande richesse d'informations qui ont aussi concrètement contribué à la sensibilisation sur les questions environnementales dans la région, ainsi que la visibilité  du PAM, la Convention de Barcelone et de ses Protocoles.

Le rapport sur l’Etat de l’Environnement du milieu marin et côtiers de la Méditerranée (2012) met en évidence les defis suivants qui nécessitent des interventions coordonnées sur le plan politique et de la gestion, dans les années à venir, afin d’endiguer la vague de dégradation des écosystèmes méditerranéens : 

  • Le développement et l’étalement côtier ;
  • La contamination chimique des sédiments et du biote ;
  • L’eutrophisation ;
  • L’impact des  déchets marins, principalement concentrés dans les baies et les zones peu profondes ;
  • La surexploitation au-delà des limites de la durabilité ;
  • L’intégrité des fonds marins principalement touchée par le chalutage de fond, mais aussi par le dragage et les installations offshore;
  • Les espèces non indigènes invasives
  • L’impact du bruit sous-marin sur le biote ; surtout sur les mammifères marins ; 
  • Des modifications des conditions hydrologiques causées par une perturbation locale des schémas de circulation entraînée par des structures d’origine artificielle
  • Les réseaux trophiques marins sous des pressions exercées par la pêche.
  • Des modes de consommation et de production non durables sont des conducteurs en amont des pressions et des impacts mentionnés ci-dessus sur les écosystèmes marins et côtiers.
  • Les pressions exercées sur la biodiversité liée aux effets cumulatifs des pressions sur l'environnement côtier et marin de la Méditerranée. Bien qu'il y ait encore une grande diversité dans la Méditerranée, certaines espèces de reptiles, de mammifères marins, les oiseaux et les poissons atteignent des niveaux dangereusement faibles.
  • Impact du changement climatique qui devient de plus en plus évident dans la Méditerranée. La région méditerranéenne est considérée comme "très vulnérable aux changements climatiques" et "subira de multiples contraintes et défaillances systémiques dues aux changements climatiques» (GIEC cinquième rapport d'évaluation (RE5, 2014)).